Conseil d’Etat: Les chantiers du canton de Genève à l’arrêt dès vendredi

Le président du Conseil d’Etat Anotnio Hodgers

Le Conseil d’Etat genevois a ordonné mercredi l’arrêt, à partir de vendredi prochain, de tous les chantiers situés sur le territoire cantonal. Des dérogations seront accordées au cas par cas, pour des raisons de sécurité notamment, ou d’un intérêt public prépondérant. Les contrevenants sont passibles d’amende pouvant aller jusqu’à 300’000 francs, a expliqué le conseiller d’Etat genevois Serge Dal Busco, lors d’un point de presse en ligne du gouvernement. Les demandes de dérogation à la fermeture des chantiers seront jugées par un organe tripartite réunissant syndicats, patrons et Etat.

Par ailleurs, le Conseil d’Etat genevois veut limiter autant que possible les visites dans les hôpitaux. Il va même les interdire dans les établissements médico-sociaux (EMS). Un résident d’un EMS genevois a perdu la vie à cause du coronavirus, a fait savoir le conseiller d’Etat chargé de la santé Mauro Poggia.

En outre, les sept membres du Conseil d’Etat ont décidé d’être testés pour voir s’ils sont porteurs du coronavirus, le médecin cantonal ayant été infecté par le Covid-19 et travaillant depuis mardi soir à son domicile. « Nous attendons les résultats », a fait savoir le président de l’exécutif Antonio Hodgers.

Confinement aux douanes: les TPG adaptent leur réseau

Le filtrage opéré à la frontière franco-suisse à cause du coronavirus oblige les Transports publics genevois (TPG) à modifier certaines lignes de bus qui passent d’un pays à l’autre. Le sort du tram 17, qui va jusqu’à Annemasse (F) , sera fixé lundi prochain. Les TPG ont ainsi décidé, mercredi, d’interrompre les lignes 63, 64, 66, M, N et T jusqu’à nouvel avis. Ils ont aussi entrepris la modification ou le raccourcissement des parcours des lignes G, K, 38, 52, 62, 66, 68 et 76. En outre, la ligne D fonctionne uniquement sur le territoire helvétique.

Concernant le tram 17, qui relie Lancy (GE) à Annemasse (F), aucune décision n’a pour l’instant été prise. Actuellement, les passagers sont priés de descendre à la douane de Moillesulaz, afin de se faire contrôler avant de poursuivre leur course. Un système de navettes pourrait être instauré lundi, remplaçant le tram.

Coronavirus: Les syndicats genevois submergés par les demandes

(KEYSTONE/Martial Trezzini)

Les syndicats genevois sont submergés de demandes liées à la crise du coronavirus de la part de salariés, inquiets pour leur santé et leur avenir. Leur faîtière, la Communauté genevoise d’action syndicale (CGAS), a demandé mercredi de suspendre de manière contraignante toute activité économique ne répondant pas aux besoins essentiels de la population. Selon la CGAS, des personnes sont renvoyées à la maison sans savoir si elles toucheront un salaire, ou travaillent en l’absence de mesures de protection. Des secteurs sont particulièrement concernés, comme la vente, le nettoyage, les livraisons à domicile, les soins à domicile, mais également les services publics. Pour la CGAS, des mesures immédiates doivent être mises en place pour assurer l’emploi et les revenus de l’ensemble des salariés, y compris le personnel temporaire auxiliaire ou payé à l’heure. La faîtière syndicale exige également « l’interdiction des licenciements pour toutes les entreprises au bénéfice d’aides publiques ».

A Genève, la distribution de repas aux sans-abri s’adapte à la situation

Chaque midi, depuis des années, la Fondation Carrefour-Rue, à Genève, distribue environ 200 repas aux sans-abri. Aujourd’hui, avec la crise liée au coronavirus, elle a dû s’adapter. Elle espère aussi que les autorités viendront en aide à cette population fragile. « Nous concoctons désormais des repas qui sont facilement consommables et qui peuvent être emportés, comme des sandwiches et des fruits », a expliqué mercredi Yann Aebersold, qui travaille pour Carrefour-Rue. Les gens ne mangent plus attablés, dans une salle, et la nourriture est désormais distribuée au grand air. Les volontaires qui donnent les repas sont équipés de masques de protection. Comme d’habitude, ils portent aussi des gants. Mais l’indiscipline règne parfois. Il est difficile de faire comprendre à des gens qui ont faim les directives de sécurité.

M.Aebersold espère que les autorités cantonales et communales interviennent pour protéger les sans-abri, en leur offrant, durant la crise liée au coronavirus, un endroit où ils pourront se poser durant la journée et ainsi éviter de se balader d’un endroit à un autre comme ils en ont l’habitude. Sans aide, Carrefour-Rue craint d’être débordé. D’autres organismes qui viennent au secours des plus démunis doivent abandonner la partie. Rien qu’en Ville de Genève, entre 1000 et 1500 repas distribués aux plus pauvres quotidiennement. Les sans-abri représentent une population particulièrement vulnérable.

Suspension du contrôle du stationnement des véhicules à Genève

La Fondation des Parkings, chargée de cette mission, demande dès mercredi, à son personnel de ne plus verbaliser et compte sur le civisme et le sens de la responsabilité de chacun. La poursuite du contrôle du stationnement, en ces temps d’épidémie, avait étonné voire agacé de nombreux Genevois. Certains riverains avaient même tenté de lancer un boycott. La Fondation des Parkings a donc décidé de suspendre le contrôle du stationnement. Elle veillera uniquement à ce que les passages piétons restent dégagés.

Cette décision concerne la Ville de Genève, ainsi que les communes de Lancy, de Vernier, de Carouge et Plan-les-Ouates. Consciente du caractère exceptionnel de la situation, la Direction  rappelle par ailleurs que le contrôle du stationnement en zone blanche et bleue avait été supprimé dès le lundi 16 mars.  Par ailleurs, la Fondation des Parkings entend faciliter au maximum le stationnement du personnel hospitalier. Elle a mis en place une permanence à même de proposer rapidement des solutions de stationnement aux hôpitaux, aux établissements hospitaliers dont le personnel médical doit venir travailler en transports individuels, par exemple par le biais de la mise à disposition d’abonnements temporaires ou de tickets de sortie ou l’ouverture au personnel médical de parkings proches des établissements qui n’auraient pas de solution propre où dont les propres parkings seraient saturés.

Le médecin cantonal genevois infecté par le coronavirus

Jacques-André Romand, le médecin cantonal genevois, a été testé positif au coronavirus. L’information, révélée par la Tribune de Genève mercredi, a été confirmée par le porte-parole du département de la santé Laurent Paoliello. M. Romand a appris mardi soir qu’il était contaminé. Il est rentré chez lui et travaillera depuis son domicile, avec le soutien de son équipe, a fait savoir M. Paoliello. Le médecin cantonal avait tenu une conférence de presse mardi en fin d’après-midi, en présence de journalistes et du chef du département de la santé Mauro Poggia.

En Suisse, la barre des 3000 personnes contaminées a été franchie

L’épidémie de coronavirus ne fléchit pas encore en Suisse, malgré les mesures drastiques prises depuis quelques jours. La barre des 3000 cas positifs a été franchie, selon l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) mercredi. Ainsi 3028 cas ont été testés positifs, dont 2772 cas confirmés et 256 en cours d’analyse après un premier résultat positif. A ce stade, 21 personnes ont succombé au nouveau virus, selon l’OFSP. D’après un décompte de Keystone-ATS, le coronavirus a déjà fait au moins 31 victimes en Suisse depuis le 5 mars. Il s’agit principalement de personnes âgées ou souffrant déjà d’autres maladies. Le même nombre de femmes que d’hommes sont concernés par la contamination. Les adultes sont nettement plus infectés que les enfants et, au-delà de 70 ans, les hommes que les femmes. De 0 à 100 ans, aucun âge n’y échappe.

Le Conseil fédéral restreint la remise de certains médicaments

(KEYSTONE/Martin Ruetschi)

Le Conseil fédéral limite l’achat de médicaments à base de paracétamol, aspirine, ibuprofène ou codéine. Les pharmacies ne pourront désormais délivrer qu’un seul paquet par client. L’ordonnance est entrée en vigueur mercredi à 14h00 et est valable pour 6 mois, indique une publication urgente du Conseil fédéral. Elle concerne une série de médicaments à base d’acide acétylsalicylique (aspirine), carbasalate calcique, métamizole, paracétamol, ibuprofène, diclofénac, acide méfénamique, codéine, noscapine, dextrométhorphane et opiacés.

Les médecins, pharmacies et autres établissements autorisés à distribuer les médicaments ne peuvent remettre aux clients qu’un paquet par achat, selon l’ordonnance publiée mercredi. Les malades chroniques ne pourront obtenir ces produits que dans la quantité prescrite ou la quantité nécessaire pour couvrir les besoins durant deux mois au plus.

Berne étend les contrôles aux frontières

La Suisse étend les contrôles aux frontières. Le gouvernement a décidé mercredi d’étendre les restrictions d’entrée sur le territoire helvétique aux personnes en provenance d’Espagne et à une partie du trafic aérien. Le Conseil fédéral avait déjà décidé de rétablir des contrôles aux frontières italiennes, allemandes, françaises et autrichiennes. Seuls les Suisses, les personnes disposant d’un permis de séjour et celles voyageant pour le travail sont autorisés à entrer en Suisse depuis ces pays. Le transit et le transport de marchandises restent autorisés. Les personnes en provenance de pays à risque, qui peuvent se prévaloir d’une des exceptions, ne peuvent en outre entrer sur le territoire qu’aux aéroports nationaux de Zurich, Genève et Bâle.

L’entrée aux frontières extérieures Schengen sera aussi en principe interdite. La Suisse cesse de délivrer des visas Schengen jusqu’au 15 juin 2020. Elle suit ainsi la pratique des autres Etats Schengen. Les visas nationaux ne seront plus octroyés qu’à titre exceptionnel. Des membres de la famille d’un ressortissant suisse, qui sont soumis à l’obligation de visa et ont le droit de résider en Suisse, ou des spécialistes du domaine de la santé pourraient par exemple en bénéficier.

La couverture médicale est assurée, selon les cantons

Malgré la forte augmentation des cas de coronavirus, la couverture médicale est assurée en Suisse pour l’instant, selon les cantons. Les hôpitaux évaluent les moyens d’augmenter leurs capacités et éviter la saturation de lits dans les unités de soins intensifs.  Parmi ces lits, 850 sont équipés de ventilateurs, selon les chiffres de la Société suisse de médecine intensive. L’armée dispose de 204 appareils supplémentaires qui pourront être utilisés pour les patients atteints du Covid-19. Les hôpitaux ont aussi besoin de matériel médical et de médicaments. Ceux-ci sont achetés sur le marché mondial par la Confédération avant d’être mis à disposition des cantons, des hôpitaux et des cliniques. Les désinfectants et masques de protection destinés au personnel de la santé sont dans la mesure du possible produits en Suisse ou importés si nécessaire. Reste à ne pas manquer de personnel soignant actuellement très sollicité. Environ 220’000 personnes au total travaillent dans le secteur des hôpitaux et des cliniques.

Le Conseil fédéral reporte la votation populaire du 17 mai

(KEYSTONE/Salvatore Di Nolfi)

Il n’y aura pas de votation populaire le 17 mai, a décidé mercredi le Conseil fédéral. Tous délais pour la récolte des signatures et le traitement des initiatives populaires et des demandes de référendum en cours seront temporairement suspendus.  La tenue correcte d’une votation populaire nécessite non seulement l’organisation de la votation au sens strict, mais implique aussi que les citoyens puissent se former librement leur opinion. Cela implique en particulier qu’une campagne puisse avoir lieu avant la votation, justifie le gouvernement.  Le Conseil fédéral et les médias jouent un rôle déterminant. Or raison de l’épidémie de COVID-19, les séances d’information et les manifestations publiques sont interdites. Les partis et autres acteurs politiques ne peuvent se réunir pour fixer leur mot d’ordre.

Premières dénonciations pour désobéissance aux règles fédérales

Les premières dénonciations pour non respect des prescriptions fédérales visant à ralentir le coronavirus sont tombées en Valais. La police valaisanne a procédé mardi après-midi à trois dénonciations à Haute-Nendaz, Steg et Sion. Dans deux cas, des restaurants ont servi des boissons à des clients et dans l’un c’est un magasin de vêtements qui n’avait pas fermé. Selon l’ordonnance du Conseil fédéral, les contrevenants s’exposent à une peine privative de liberté de trois ans au plus ou une peine pécuniaire, a rappelé mercredi la police valaisanne. En Valais et ailleurs, les agents ont multiplié les patrouilles.

Dans le canton du Jura, tout le monde ne respecte pas les mesures pour freiner la propagation du coronavirus, déplore le canton. Des jeunes se regroupent sans prendre garde aux limites fixées par les instances fédérales et cantonales.  Il n’y a toutefois pas encore eu de dénonciations. Le procureur général Nicolas Theurillat ne veut pas faire une chasse aux sorcières. Les autorités misent d’abord sur la prévention avant de passer à la répression.

A Berne, la porte-parole, Jolanda Egger a précisé qu’il n’y avait pas davantage de policiers dans la rue, mais qu’ils étaient sans doute plus remarqués par la population. Selon les premiers retours des agents, les gens se tiennent aux nouvelles règles, a-t-elle précisé.

 Lausanne: des patrouilles pour faire respecter la distance sociale

Au bord du lac, dans les parcs et au centre-ville, des policiers lausannois patrouillent pour faire comprendre au public que chacun doit garder ses distances. Il s’agit pour l’heure de sensibilisation. Le ton pourrait se durcir si les règles ne sont pas respectées. A Lausanne, une demi-douzaine de patrouilles sillonnent à pied ou à vélo les bords du lac et les parcs de la ville. Les agents font de la prévention. Ils rappellent aux sportifs qu’il ne faut pas se tenir trop proches – à deux mètres de distance si possible – , conseillent aux personnes âgées de rester chez elles et rappellent les consignes aux jeunes qui font des grillades au bord du lac.  Les patrouilles sont pour l’instant composées de deux agents. Ces prochains jours, la police pourrait former des binômes avec des assistants de sécurité. Et au besoin faire appel aux employés d’autres secteurs, comme celui de l’entretien des parcs.

Les Suisses n’ont pas à craindre une pénurie alimentaire

EPA/DANNY CASEY AUSTRALIA AND NEW ZEALAND OUT

Le délégué à l’approvisionnement économique du pays, Werner Meier, se veut rassurant quant à l’approvisionnement en nourriture de la Suisse. Il explique que la Suisse a des stocks suffisants de nourriture pour les situations d’urgence. En ce qui concerne la nourriture, les médicaments et l’énergie, l’économie dispose de stocks obligatoires de trois à quatre mois et demi. Il n’y a pas besoin de dévaliser les rayons des supermarchés. Les détaillants disposent de réserves suffisantes. Avec le soutien de la Confédération, ils ont en outre pris des mesures logistiques pour réapprovisionner leurs rayons, explique M. Meier. Indépendamment de la situation actuelle du coronavirus, chacun devrait avoir chez soi de quoi subvenir à ses besoins pendant environ une semaine. Cela comprend de la nourriture, des boissons, mais aussi des biens de première nécessité, avance le fonctionnaire.

Quatre nouveaux décès au Tessin

Le Tessin a enregistré quatre nouveaux décès dus au coronavirus dans les 24 dernières heures. Il s’agit de personnes particulièrement vulnérables, indique mercredi le canton. Au total, quatorze personnes ont été victimes de la maladie au Tessin. 89 personnes se sont infectées entre mardi et mercredi, pour un total de 511 tests positifs. Ces quatre décès portent à 35 le nombre de victimes en Suisse, selon un décompte de Keystone-ATS.

Vaud débloque 150 millions pour l’économie

Vaud prend des mesures économiques et financières en faveur des entreprises et des particuliers. Le canton a débloqué 150 millions, dont 100 millions pour protéger les trésoreries et 50 millions pour augmenter le fonds du chômage. Le Conseil d’Etat prend une série de mesures en vue de faciliter et d’accélérer les demandes de réduction des horaires de travail (chômage partiel). Simplification des formulaires de demandes, examens plus rapides sont instaurés. Le délai pour verser les indemnités de chômage partiel sera ramené de trois mois à deux semaines et demie, a relevé le conseiller d’Etat Philippe Leuba, en charge de l’économie, jeudi lors d’un point presse.

Les professions libérales suisses veulent des mesures de soutien

(KEYSTONE/Christian Brun)

L’Union suisse des professions libérales (USPL) lance à son tour un appel à l’aide. Dentistes, radiologues, ingénieurs ou avocats sont également touchés par la crise du coronavirus et demandent à être pris en compte dans le plan de soutien de la Confédération. Les mesures annoncées vendredi dernier par le gouvernement font fi des intérêts des professions libérales qui travaillent pour la plupart comme indépendants, écrit l’USPL mercredi dans un communiqué. Cette lacune doit être comblée. Environ 10% des personnes actives exercent une profession libérale en Suisse. Le plan d’action du Conseil fédéral devra proposer des mesures spécifiquement destinées aux professions libérales. L’USPL regroupe 16 associations professionnelles totalisant environ 90’000 membres. En font partie entre autre la Fédération des médecins suisses (FMH), celle des notaires (FSN), celle des avocats (FSA), des ingénieurs et architectes (sia) et des psychothérapeutes (ASP).

Douze cantons sollicitent le soutien de l’armée

Douze cantons ont demandé l’aide de l’armée pour faire face à la crise du coronavirus. Les militaires soutiennent les autorités civiles en priorité dans le domaine de la santé.  L’armée a reçu plus de 60 demandes et jusqu’à présent, ce sont les quatre bataillons hôpital et cinq compagnies de sanitaires qui ont été déployés.  Il s’agit de la plus grosse intervention de l’armée depuis la Seconde guerre mondiale. Environ deux tiers des personnes convoquées se sont présentées. L’armée ne publie pas de chiffres exacts, mais on estime qu’entre 2000 et 3000 militaires ont été appelés. Ce nouveau système d’alerte de mobilisation est récent. Les membres de l’armée sont appelés par SMS. Selon Daniel Reist, porte-parole de l’armée,  environ 80% des membres de l’armée ont répondu présent dans l’heure qui a suivi. L’application Alertswiss et la SSR sont également impliquées dans la mobilisation.

Zurich: hausse de plus de 40% des cas de Covid-19 en un jour

(KEYSTONE/Ti-Press/Alessandro Crinari)

Le nombre de cas confirmés de coronavirus a augmenté de plus de 40% dans le canton de Zurich ces dernières 24 heures. Les autorités annoncent mercredi sur Twitter un total de 424 cas, soit 130 de plus que mardi. Seules les interventions chirurgicales absolument indispensables seront encore effectuées dans les hôpitaux zurichois à partir de samedi. Cette mesure doit permettre de mobiliser les ressources suffisantes pour traiter les cas graves de coronavirus.

Des centaines de Suisses bloqués dans le monde

Des centaines de citoyens suisses sont bloqués à travers le monde à cause du Covid-19. Les voyagistes font de leur mieux pour les rapatrier. « Nous avons encore plusieurs centaines de clients à l’étranger qui aimeraient rentrer en Suisse. Nous faisons de notre mieux pour trouver des vols », a expliqué à Keystone-ATS Bianca Gähweiler, porte-parole de Hotelplan Suisse. Si nécessaire, l’agence de voyage s’occupe également de l’hébergement. Lorsque les vols réguliers sont modifiés ou annulés, « nous cherchons une solution avec les clients », précise pour sa part TUI. Le tour-opérateur est en contact avec tous les clients et leur promet de « prendre soin d’eux ». La situation est délicate au Maroc, en Afrique du Sud ou en Ukraine, précise le DFAE. Des démarches politiques ont été nécessaires pour faciliter un retour des Suisses bloqués au Maroc. Plusieurs vols, affrétés par des compagnies basées en Suisse, ont pu être effectués mardi. Ces vols sont commerciaux et les touristes sont responsables des réservations et doivent prendre en charge les frais, rappelle le département d’Ignazio Cassis.

 

En Europe:

Logement: une question « de vie ou de mort » face à la pandémie

(KEYSTONE/Walter Bieri)

Leilani Farha, experte de l’ONU, en droits humains a appelé les pays à prendre des mesures extraordinaires pour s’assurer que toutes les personnes disposent d’un logement convenable pendant la pandémie. Il s’agit d’une « question de vie ou de mort ». Cette experte indépendante, qui est mandatée par l’ONU mais ne parle pas en son nom, demande aux pays de prendre des mesures urgentes pour empêcher que des personnes se retrouvent sans abri, démunies face au coronavirus alors que plusieurs pays ont confiné leur population. Selon l’experte, environ 1,8 milliard de personnes dans le monde sont sans abri ou dans des logements inadéquats, souvent surpeuplés, sans accès à l’eau et sans système d’assainissement. Cette situation les rend particulièrement vulnérables face au virus, car ces personnes souffrent souvent de multiples problèmes de santé.

La Turquie ferme ses frontières avec la Grèce et la Bulgarie

La Turquie a annoncé mercredi la fermeture de ses frontières terrestres avec la Grèce et la Bulgarie. Cette mesure fait partie des actions prises pour limiter la propagation du nouveau coronavirus.  Les points de passage avec ces deux pays seront fermés aux voyageurs à partir de mercredi à minuit, a rapporté l’agence de presse DHA, citant le ministère de l’Intérieur. Plusieurs milliers de migrants sont massés à la frontière grecque depuis le mois dernier pour essayer de gagner l’Europe.  La Turquie a déjà suspendu ces derniers jours les liaisons aériennes avec 20 pays et pris plusieurs mesures, comme la fermeture des écoles, pour lutter contre le Covid-19.

Le concours Eurovision de la chanson est annulé

La prochaine édition du concours Eurovision de la chanson, qui devait se tenir en mai à Rotterdam aux Pays-Bas, a été annulée. Une décision prise en raison de la pandémie de coronavirus, ont annoncé les organisateurs. Plus tôt dans le mois, l’organisation du concours avait pourtant déclaré que son objectif était d’assurer le déroulement de cet évènement musical majeur malgré la crise actuelle du coronavirus.

L’Allemagne va transformer des hôtels et grandes halles en hôpitaux

(KEYSTONE/DPA/Michael Kappeler)

 

L’Allemagne va transformer des hôtels et des grandes halles en hôpitaux. Le but est d’accroître les capacités d’accueil dans les services de soins intensifs de malades atteints du Covid-19, a annoncé le gouvernement allemand mercredi. La mise sur pied de ces structures provisoires, qui ne dispenseront que des soins courants, « doit permettre aux hôpitaux de se concentrer sur l’élargissement de leurs capacités en soins intensifs », a précisé le gouvernement dans un communiqué.  L’Allemagne prévoit également de doubler le nombre de lits d’assistance respiratoire dans les hôpitaux afin d’assurer la prise en charge des patients touchés par le virus. L’Allemagne dispose déjà à ce jour d’environ 25’000 lits de ce type, nettement plus qu’en France ou en Italie par exemple.

Avec plus de 80 millions d’habitants, le pays compte plus de 8000 cas confirmés d’infection par le nouveau coronavirus et entre 12 et 16 morts, selon les estimations. Ils doivent également aller rechercher tout le matériel stocké par exemple dans des caves et qui n’est plus utilisé, comme des lits, des civières, afin qu’ils puissent être utilisés en cas de nécessité, selon le communiqué du gouvernement.

 La Lombardie contrôle les déplacements grâce aux smartphones

Le confinement de la population n’est pas totalement respecté en Lombardie. Les autorités déplorent que seulement 60% des gens restent chez eux. Ces chiffres viennent de la surveillance des smartphones. La Lombardie est la région la plus touchée d’Italie par l’épidémie de Covid-19, avec plus de 16’000 cas et un peu plus de 1600 morts. Le gouvernement italien a interdit tous les déplacements non essentiels pour raisons de travail ou de santé afin de tenter d’enrayer la diffusion du coronavirus.

Grande-Bretagne: le gouvernement veut des pouvoirs extraordinaires

EPA/WILL OLIVER

Le gouvernement britannique demande des pouvoirs extraordinaires pour lutter contre la propagation du nouveau coronavirus. Le projet de loi permettrait des arrestations à des fins de santé publique ou la mobilisation de retraités des services médicaux. La police aura le pouvoir d’arrêter et d’isoler des personnes pour protéger la santé publique. Les personnels de santé retraités et travailleurs sociaux pourront être appelés en renfort tandis que les volontaires pour aider à soigner des patients bénéficieront de garanties leur permettant de « suspendre » leur emploi principal pendant une période de quatre semaines maximum.  Les formalités administratives dans les hôpitaux seront aussi réduites pour permettre de libérer des lits au plus vite. Les mesures, dévoilées sur le site du gouvernement, n’entreront pas toutes en vigueur immédiatement et sont limitées à deux ans maximum.

Angleterre: la 50e édition du festival de Glastonbury annulée

Le festival de Glastonbury, en Angleterre, a été annulé en raison du coronavirus. La manifestation devait fêter ses 50 ans en juin. Le festival de Glastonbury accueille habituellement plus de 200’000 personnes dans des champs transformés en scènes à ciel ouvert. Sir Paul McCartney, Kendrick Lamar, Diana Ross et Taylor Swift devaient se produire sur scène, aux côtés de dizaines d’autres artistes, entre le 24 et le 28 juin. Cette année, 135’000 personnes avaient déjà déposé une avance de 50 livres sur leurs tickets. Les organisateurs leur proposent de la reporter sur l’édition 2021 du festival ou de les rembourser. Le gouvernement a demandé lundi au public d’éviter tout « contact social » et déplacement « non essentiel » pour limiter la propagation du nouveau coronavirus au Royaume-Uni. De nombreux événements sportifs et culturels ont été annulés tandis que les musées et salles de spectacle ont fermé.

Une première ville portugaise confinée

La ville d’Ovar, dans le centre du Portugal, est depuis mercredi la première ville confinée du pays. Le président pourrait déclarer dans la soirée l’état d’urgence afin d’étendre la mesure à l’ensemble du territoire. Cette municipalité de quelque 55’000 habitants, comptait mardi soir une trentaine de cas confirmés et plus de 440 personnes sous surveillance. « Nous sommes face à un nombre élevé de cas confirmés dans une zone relativement restreinte », a expliqué Marta Temido, ministre de la Santé. Le gouvernement, qui avait décrété vendredi l’état d’alerte, a déjà annoncé un ensemble de mesures pour contrôler l’épidémie de Covid-19 telles que la fermeture des écoles et des frontières avec l’Espagne pour les touristes. Selon le dernier bilan officiel établi mercredi, le Portugal dénombrait 642 cas confirmés, et deux décès.

 

Dans le reste du monde:

Le Japon étend ses restrictions à l’entrée sur son territoire

(AP Photo/Eugene Hoshiko)

Le Japon renforce les mesures d’interdiction d’entrée sur son territoire. Cela concerne désormais notamment certaines régions de Suisse, d’Italie et d’Espagne, ainsi que toute l’Islande.  Le Premier ministre japonais a annoncé ces mesures en raison de la pandémie liée au nouveau coronavirus. L’archipel va également ajouter de nouveaux pays, parmi lesquels ceux de l’espace Schengen, à ses règles de quarantaine qui consistent à demander aux voyageurs arrivant sur le sol nippon de respecter un confinement de 14 jours sans mesures coercitives. Les voyageurs étrangers et japonais en provenance des pays concernés seront exhortés à rester dans des lieux indiqués par l’officier de quarantaine pour 14 jours et à s’abstenir d’utiliser les transports en commun, a déclaré le Premier ministre. Les interdictions d’entrée prennent effet immédiatement tandis que les mesures de quarantaine seront mises en oeuvre à partir du 21 mars.

L’Australie exhorte ses ressortissants à ne pas voyager

L’Australie a exhorté mercredi ses citoyens à ne pas voyager à l’étranger. Elle a également annoncé des mesures sans précédent pour contrer la pandémie de nouveau coronavirus. Le Premier ministre Scott Morrison a interdit les rassemblements en salle de plus de 100 personnes. Le nombre de nouveaux cas ne cesse d’augmenter tous les jours, la majorité des nouvelles contaminations concernent des voyageurs ou des personnes que ces derniers ont contaminées.

Tout comme la Nouvelle-Zélande, l’Australie a enjoint à ses ressortissants se trouvant à l’étranger de rentrer au plus vite chez eux sous peine de se retrouver bloqués. Ces deux pays s’attendent en effet à ce que les vols à destination de leurs nations très éloignées, situées dans le Pacifique Sud, soient totalement interrompus. Les deux principales compagnies aériennes australiennes, Qantas et Virgin Australia, ont déjà réduit respectivement leurs vols internationaux de 90 et 100%.

Trump lance un plan massif pour sauver l’économie de la pandémie

 

L’administration Trump et la Banque centrale américaine mettent le paquet pour éviter que la première économie du monde ne soit emportée par la pandémie de coronavirus. Ils ont annoncé des aides massives pour apporter un secours financier immédiat aux entreprises et aux ménages les plus touchés.  Le secrétaire américain au Trésor Steven Mnuchin travaille avec le Sénat et la Chambre des représentants sur un programme d’aide « audacieux et très important », a annoncé Donald Trump lors d’une conférence de presse. Steven Mnuchin n’a pas révélé le montant de ce plan d’aide en cours de négociation. Mais la presse américaine évoquait quelque 850 milliards de dollars. Et, selon la chaîne américaine CNBC, cela pourrait même dépasser les 1000 milliards de dollars. Parallèlement, la Banque centrale américaine a annoncé toute une série de mesures pour s’assurer que le tissu économique profite bien des milliers de milliards de dollars qu’elle injecte depuis une semaine.

Fermeture de la frontière Etats-Unis-Canada

ATS/MH

Radio Lac