Deuxième jour de grève des maçons genevois. Un peu moins de monde ce mercredi…ils étaient environ 1000. Un bras de fer a eu lieu ce matin vers 8 heures. Les travailleurs partis de la place des 22 cantons vers la gare Cornavin voulaient rejoindre le Pont du Mont-Blanc par la rue Chantepoulet, un point névralgique de la cité du bout du lac.

Mais un cordon de policier les attendait celle qui mène sur le Pont. Ordre du Conseil d’Etat leur a indiqué la police. Qui avait donné cet ordre ? La situation n’était pas claire. Pierre Maudet a perdu récemment le département de la sécurité, suite à l’affaire du voyage à Abu Dhabi, au profit de Mauro Poggia. la réaction d’Alessandro Pelizzari, le président du syndicat Unia.

Alessandro Pelizzari Président du syndicat Unia

Suite à cet incident, les maçons ont bloqué la place des 22 cantons. Ils ont envoyé un sms au Conseiller d’Etat Mauro Poggia pour infléchir sa décision. Avec succès puisque vers 9 heures et demi. Le cortège s’ébranlait. Les grévistes avaient le droit de passer. Ce qui a semé une belle pagaille chez les automobilistes. La réaction d’un homme bloqué dans sa voiture.

Alessandro Pelizzari Président du syndicat Unia

Les maçons s’arrêtent à Pont-Rouge. Ils devraient ensuite rejoindre la rue Malatrex, au siège de la société suisse des entrepreneurs. Ils se réuniront ensuite en assemblée générale pour décider de reconduire la grève ou non demain jeudi.

 

 

Radio Lac