Jusqu’au 6 décembre, le Théâtre du Galpon est le lieu des doutes les plus intimes, la parole devient expiatoire et les corps tentent l’esquisse des âmes qui les habitent : on y joue « Blessures au visage » du dramaturge britannique Howard Barker.