Jusqu’au 22 février, la Ferme de la Chapelle chamboule les notions de sacré et profane.