Enterrer ses tableaux pour laisser la nature les modifier de plusieurs mois à une année, c’est l’originalité de l’artiste Brésilienne Christina Oiticica.