C’est à la fin des années 80 que Kennedy M’bala se fait remarquer dans son pays en tant qu’atalaku, nom que l’on donne aux animateurs-chanteurs-danseurs, avant tout laudateurs dans la tradition musicale congolaise.