Mehdi et Sara sont conscients que rares sont les jeunes de 20 ans qui, comme eux, préfèrent la désolation des pays nécessiteux à des vacances en bord de mer. Mais eux n’échangeraient pour rien au monde leur expérience.